David contre Goliath devient David avec Goliath.

Après le dot-com, le numérique et le web 2.0, nous voici à l’aube d’une nouvelle tendance 3.0 : le mode « start-up » en entreprise. Même si ce terme est devenu populaire dans les années 90, il est de retour depuis 2 ans dans les entreprises.
Depuis l’arrivée de l’économie de partage, les changements s’opèrent de plus en plus vite et à tous les niveaux de fonction d’une entreprise : RH, Marketing, R&D, distribution, TIC …

Pas facile pour les petites, moyennes et grandes entreprises de suivre le fil et de ne pas rater le coche. Aux grands maux les grands remèdes !

En effet, pour suivre le rythme effréné de la digitalisation des métiers et afin de se concentrer sur les MER (marché à expansion rapide), les entreprises sortent l’artillerie lourde et se concentre sur un nouveau challenge : « Start-up».

Les jeunes pousses ont fait leur preuve et font des jaloux. « Start-up» se décline sous des formes différentes au sein des entreprises.

Les PME se mettent en mode « start-up » en s’engageant dans des développements de produits à croissance rapide et adoptent un fonctionnement, une culture et une philosophie basée sur l’innovation, la créativité, la réactivité et la collaboration.
Par exemple chez Softconcept Canada inc. , les employés deviennent plus autonomes et responsables, ils travaillent en petits groupes sur différents projets de type« start-up » dans un esprit collaboratif et multidisciplinaires en utilisant la méthode de développement Agile et le management est devenu horizontal.

shutterstock_239967682

Toujours en mode « start-up », les grandes entreprises et les multinationales ont carrément pris les devants en décidant de créer au sein de leur structure des incubateurs, des accélérateurs et des labs comme Sanofi ou l’Oréal. D’autres investissent économiquement, comme par exemple, la SNCF qui en 2015 a pris part au capital de « Ouicar » le service de location de voiture C2C.

Au-delà, du choc culturel le plus important est que l’ADN de la start-up se retrouve au sein de petites ou grandes entreprises. Grâce à cela, elles s’ouvrent à de nouveaux modèles, développent des produits innovants, se remettent en question et réagissent plus vite.

 

Google et 3M ont également opté un mode « start-up » pour la répartition du temps. 20% du temps des employés est réservé à la création et au développement de projet personnel.

Certaines ont choisi d’héberger des start-up dans leurs locaux en mettant à disposition des espaces de co-working et proposent de l’intrapreneuriat. Cela permet aux entreprises d’être stimuler par les jeunes pousses et de compenser les faiblesses de l’une par les forces de l’autres et vice-versa.

« L’étude Raise et Bain & Company intitulée « David avec Goliath » explique que les avantages et bénéfices se font de part et d’autre. Pour les entreprises, ce sont des objectifs de développement business, de veille technologique, de transformation culturelle, de communication, d’investissement et d’impact sociétal. Pour les jeunes entreprises, le financement mais également l’accès à de nouveaux marchés, le gain de notoriété et/ou l’accès à une expertise font partie des buts recherchés. » Source :  http://www.challenges.fr/challenges-soir/20160406.CHA7376/quand-les-start-up-et-les-grandes-entreprises-font-bon-menage.html

À grands coups de scrum, lean, agile, design thinking, …les entreprises ont compris que l’innovation naissait de l’entraide. La crainte que les projets à fort potentiel puissent se développer dans des garages pendant qu’elles subissent le manque de vitalité et de créativité.

David bénéficie de l’aide financière et de l’expertise de Goliath en développant ses idées et ses produits dans un cadre plus confortable et Goliath adopte et s’inspire de la culture et de l’esprit de celui-ci pour être toujours en phase avec le marché et apprendre à réagir plus rapidement.Agilité, rapidité et innovation sont devenus les leitmotivs des entreprises du CAC 40 ou encore des grandes structures comme Deloitte dont l’agencement de son dernier immeuble est basé sur l’esprit Start-up et l’Open innovation.

Ces initiatives ont pour but que Goliath s’inspire de David mais à long terme est-ce que les jeunes poussent ne vont pas perdre de leur fraîcheur et se lasser de la lenteur des grandes entreprises ? L’avenir nous le dira.

N’oublions pas que les multinationales Hewlett Packard, Atari, Yahoo, Microsoft, Apple, Facebook, eBay, Google, Amazon et récemment Twitter ont été des Start-up.

À Bientôt 😉



Pour en savoir plus :

Vous voulez discuter et en connaitre plus sur  la mise en place d’une gouvernance de données ou la migration ou la fiabilité des données, n’hésitez pas à communiquer avec nous.  Nos experts se feront un plaisir de répondre à vos questions.

Visitez notre site : http://www.softconceptcanada.com

Contactez-nous par

Téléphone : +1 514-849-4449

Sans frais : +1 877-548-7222

Courriel : support@softconceptcanada.com

Publié par

Softconcept Canada

Softconcept est une entreprise ayant 30 ans d’expérience dans le traitement de donnée. Nous proposons différents services qui peuvent vous aider à mieux gérer vos données et à améliorer vos performances. Notre but est de vous conseiller sur la gestion des informations sur vos clients.

Commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s